Les Mamans Inspirantes #4 : Yasmine, experte en communication digitale, maman de deux petits garçons, blogueuse et instagrameuse @bonjourlasmala

Instagram apporte son lot de surprises et de belles rencontres. Celle avec Yasmine en fait partie.

Pétillante et énergique au timbre rauque, Yasmine incarne l’archétype parfait de la femme d’aujourd’hui : positive et déconcertante, tout en simplicité.

A la tête du compte Instagram et du blog @bonjourlasmala, cette jeune maman partage avec nous son expérience en tant que freelance mais aussi l’importance de la famille dans son équilibre et son rapport à la mode. Un portrait inspirant à souhait.

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Yasmine et je suis maman de 2 enfants, 3 ans et 14 mois. Je travaille dans la communication digitale, je suis community manager freelance depuis 1 an et demi et je fais également beaucoup de photo. Je gère les réseaux sociaux de différents clients, travaille sur mon blog Bonjour la smala et crée aussi du contenu photo pour divers projets personnels.

  • Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir freelance ? Quel cheminement as-tu suivi ?

C’est le fait de déménager et d’avoir des enfants. Avant j’étais visual merchandiser dans la mode et j’avais des horaires compliqués, je voyageais… Ça devenait difficile à gérer avec des enfants. En parallèle de ce job, j’ai fait une formation professionnelle d’un an dans la communication digitale. C’est ce déclencheur qui m’a poussé à créer un blog il y a 5-6 ans déjà et finalement, à franchir le pas de l’indépendance.

C’est d’ailleurs mon compte Instagram qui m’a servi de vitrine pour trouver des clients. Et puis, c’est un tout : j’ai un conjoint qui voyage beaucoup, il a fallu faire des concessions pour notre bien-être à tous (sourire). La vie de famille m’a incité à revoir mes priorités et à aménager mon activité en fonction.

  • Quelle place possède la famille et l’esprit de famille dans ta vie ?

Une grande place ! C’est très important pour moi : j’ai des enfants qui sont encore petits, nous vivons dans une nouvelle maison, on se sent bien comme ça… J’essaye donc de trouver un bon équilibre entre mon travail et ma vie de famille. 

Je ne suis pas le style de femme à ne rester qu’avec ses enfants, j’ai besoin des deux en cohésion pour me sentir épanouie.

  • Quelle maman penses-tu être avec tes enfants ?

Une maman imparfaite, une maman qui doute et qui fait de son mieux pour que ses enfants se sentent bien. Je ne sais pas si je suis une bonne maman, selon moi je le suis car je les aime, tout simplement. J’essaye de leur donner tout l’amour qui est en moi à travers les câlins, les mots rassurants… Je fais en sorte de les aider à grandir dans un environnement sain. Parfois je suis en colère ou je crie… Ce sont des choses qui arrivent mais je fais de mon mieux. C’est ce qui compte, non ? (sourire).

  • Comment vis-tu l’influence digitale dont tu bénéficies ? Quel est ton rapport avec les réseaux sociaux ?

Je le vis plutôt bien. Après, il y a des « ajustements » à faire car plus ton compte grandit, plus tu dois faire attention à ce que tu racontes car un très grand nombre de personnes voit ton contenu. Pour l’instant, je n’ai pas de contraintes ou de problèmes liés à ça, je choisis librement le contenu que je partage. J’utilise les réseaux et le digital au jour le jour, comme je suis réellement. Je m’éclate et du coup, c’est moi qui domine le « truc » et non l’inverse. Je suis bien dans mes baskets grâce à ça : aujourd’hui, je propose un contenu qui me correspond totalement. Et simplement.

  • Qu’est-ce que t’évoque la complicité ?

Le mot complicité m’évoque de l’amour, l’entraide. C’est important d’être complice que ce soit en famille, entre amis ou sur les réseaux. Quand tu es complice, tu peux parler plus facilement de sujets délicats avec les autres. La complicité, c’est aussi la solidarité féminine, entre autres. C’est un très beau mot en fait ! 

  • Tu travailles beaucoup autour de la femme et de son corps, quel est ton rapport à la mode ? 

J’ai travaillé pendant très longtemps dans la mode et j’ai toujours adoré la mode comme une femme, c’est-à-dire que j’aime me sentir belle et me faire plaisir. 

Il y a une époque où j’étais très dépensière, j’aimais acheter beaucoup, j’étais une grande consommatrice. Mais plus je grandis, plus je retourne vers des valeurs essentielles. Je ne suis pas minimaliste pour autant. J’aime me faire plaisir mais je vais avoir d’autres réflexes comme trier mes vêtements, les vendre, m’acheter de belles pièces qui me procurent réellement du plaisir, qui vont me durer et dans lesquelles je me sens bien. J’essaye de privilégier la mode éthique, c’est une mode avec de belles valeurs. On sait où les pièces ont été fabriquées, on a un regard différent sur le travail qui a été fait, on met en avant le fait main, l’artisanat… Bien sûr je suis parfois obligée d’attendre un ou deux mois avant de pouvoir m’offrir ce genre de pièces mais ça vaut la peine. Plus j’avance dans cette démarche, plus je « dépense mieux » : je l’applique aussi à d’autres domaines comme la décoration, où j’attends parfois plusieurs mois avant de m’offrir un bel objet.

Je paie parfois plus cher mais pour de la véritable qualité et au final, ce sont ces vêtements que je porte le plus. Je n’ai pas de problème à porter le même jean durant toute une semaine quand la qualité est au rendez-vous. J’ai ce rapport avec la mode où je continue de me faire plaisir, ponctuellement, mais d’une « meilleure » manière.

  • Pour tes enfants, consommes-tu de la même façon ?

C’est vrai que la tentation est plus grande pour les enfants ! (Rires). Mais du coup pour eux c’est pareil, j’achète moins. Du fait que je sois « influenceuse », je reçois parfois des produits afin de parler d’une marque donc forcément, je les utilise à bon escient ! Mais je n’accepte que ce dont j’ai besoin et qui me plaît. Je recycle aussi beaucoup, le petit frère met les habits du grand qu’il avait petit… Même cycle que pour moi : je trie, je revends, je donne… Je fonctionne de la même manière pour eux que moi, si j’ai un coup de cœur je vais acheter ! Mais par la suite, je sais que je pourrais revendre ou donner cette belle pièce. Ça grandit vite il faut dire ! (Rires).

  • Comment passe-t’on le cap de la maternité avec un job prenant ou un job passion ?

Le job, moi je l’ai eu après. J’ai des enfants qui ont des âges rapprochés, dont j’ai un peu tout fait d’un coup ! (Rires). Une fois que le petit a eu quelques mois, je me suis remise à travailler. Le rythme est intense car tu as « deux journées » : la première où tu travailles pour toi car ils sont à la crèche et la deuxième dès tu les récupères. C’est intense et pas toujours facile à gérer. Mais comme je fais ce que j’aime et que j’ai plein d’idées à mettre en place, je m’adapte à ce rythme. Je fais aussi du sport pour maintenir mon mental au top. Bien sûr, parfois je suis fatiguée mais c’est un rythme que j’ai choisi. Le jour où ce sera vraiment trop, je prendrai des mesures pour calmer le jeu. Mais pour le moment, ça me plaît !

  • De quoi nourris-tu ton univers visuel ?

J’aime tout ce qui touche à la création artistique, à l’artisanat, aux créateurs et artistes en général. J’adore l’illustration, cela fait partie du top 5 de mes passions, c’est aussi très lié à mon ancien blog. Cela m’inspire beaucoup. La céramique, la décoration, des paysages, une destination, un détail dans une architecture… Beaucoup de choses m’inspirent et me nourrissent. Je ne peux pas toutes les lister car je suis très curieuse, le moindre petit truc peut m’attirer l’œil et me donner une idée. Je suis assez bon public ! (Rires).

  • Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter de plus fou ?

Waouh… Un truc fou, ça pourrait être de se rapprocher un peu des grands, d’avoir un livre qui me serait dédié que je pourrais écrire et illustrer en même temps. Je ne sais pas si c’est possible mais ça serait dingue ! Après tout, tout ce que je fais aujourd’hui est déjà fou ! J’ai notamment réussi à créer des formations… Ce n’est pas prétentieux mais je suis juste contente d’avoir réussi à réaliser tout cela, de rencontrer chaque jour un peu plus de monde grâce à ce job. 

L’humain, c’est ce qui me nourrit l’esprit et me fait du bien. Plus fou on disait ? Rien d’autre si ce n’est avancer dans des projets qui me font du bien. Pourquoi pas le concrétiser encore plus dans une collaboration de collection avec une marque de mode, pour créer un motif par exemple… Actuellement, je viens de collaborer avec une marque de déco qui fait de la céramique. On a fait une petite collection de 3 produits dans ma patte, c’est déjà complètement fou. Avec une marque plus grande, cela pourrait être chouette aussi ! 

Suivez Yasmine et son univers à travers son compte instagram @bonjourlasmala et sur son site www.bonjourlasmala.com

Interview réalisé par Julie Parenthoux